Samedi 08-08-2020
 Actualités
puce Le Souffle de la Neira de printemps est arrivé...
Vous le trouverez dans l'onglet Souffle de la Neira... avec un hommage à Gilbert DUFLOS dont nous sommes nous aussi orphelins...Bonne lecture !

. . . . .

Voir toutes les infos...
 
 
 
 LA BREBIS NOIRE DU VELAY...
38 Articles          
  La brebis Commune des Alpes

La Brebis commune des Alpes est une brebis des Préalpes du Sud, également appelée Alpine.

 

Son autre nom d’Embrunaise situe son berceau autour de la ville d’Embrun.

Son implantation est notoire dans les régions Provence, Alpes de Haute Provence, Alpes-Côte d’Azur et Rhône-Alpes. Elle est la brebis originelle du pays de Giono, au-dessus de Manosque.

Elle est native des Préalpes du Sud et conformation a été renforcée par des croisements avec les races île de France et Mérinos-précoce.

 

La brebis commune des Alpes est blanche de laine et majoritairement blanche de peau, avec parfois des pampilles.

 

Faute de photos de brebis communes des Alpes identifiées comme telles, nous vous proposons cette image représentative des aires où évolue cette race.

 

Pour en savoir plus, voyez le document pdf. ci-dessous. Merci.

: la_brebis_commune_des_alpes.pdf
  La Mourerous.

On la suppose issue de races d’Afrique du Nord et installée dans les Alpes-Maritimes par des éleveurs et maquignons.

Elle a aussi été nommée Péone et « Rouge de Guillaumes » du nom d’un bourg des Alpes-Maritimes, sur le Var, à l’entrée du Parc du Mercantour, en bas de la station de ski de Valberg.

En Occitan-Provençal, son nom signifie « museau rouge », mais, tout comme ici, en Velay, la « brebis noire du Velay » est appelée « la Noire » ou en patois occitan la Neira (qu’on prononce La Néir’) les éleveurs de la Mourerous l’appellent « la Rouge ».

Et de même que La Noire s’affirme par comparaison avec les autres races de Haute-Loire dont la Blanche du Massif-Central, La Rouge s’affirme ainsi par rapport aux autres races voisines dont la Préalpes… qui est toute blanche !

Elle est bien identifiable, La Rouge, avec sa peau rousse sous une toison bise ou blanche !

Pour en savoir plus, vous lirez le document pdf. ci-dessous.

Photo de la "Ferme des Lamberts" (Haut-Diois)

: la_mourerous.pdf
  La Caussenarde des Garrigues.

Vous la connaissez ! Mais oui, c'est souvent elle que les images de transhumance montrent en immenses troupeaux par drailles, chemins et pâturages.

Sa toison blanche est tondue en laissant deux ou trois "pompons" de laine peinte qui permettent à chaque berger ou éleveur d'identifier presque chaque brebis ! Une sonnaille au cou permet de retrouver la brebis égarée...

C’est une grande marcheuse ! La tradition,  maintenue jusqu'à nos jours, la font transhumer de Nîmes ou de Montpellier jusqu’aux estives du Mont-Lozère, de l'Aubrac et des Grands-Causses.

La Caussenarde des Garrigues est tout particulièrement maternelle et prolifique. L'élevage transhumant n'étant pas aisé, des éleveurs ont choisi l'élevage en parc. Il semble que cela se passe bien et ne diminue ni sa prolificité ni son instinct maternel.

 Elle fait partie du groupe Caussenard. Des croisements excessifs avec la BMC, la Lacaune et la Tarasconnaise, l'ont poussée au déclin.

Apprenez-en un peu plus en ouvrant le document pdf. ci-dessous. Merci !

Photo : origine wikipedia.

: la_caussenarde_des_garrigues.pdf
  La Causse du Lot

Voici une autre Caussenarde, rustique, maternelle, prolifique et désaisonnable, docile et bonne marcheuse,  facile à conduire en grands troupeaux.

Elle est issue de vieilles souches de la rive nord de la Garonne, du Tarn-et-Garonne, du Tarn et de la partie ouest de l’Aveyron qui portaient les noms de Caussenarde, d’Albigeoise, puis de Causse du Quercy indiquant ses aptitudes aux plateaux calcaires, terrains secs à la végétation pauvre...

Elle est d’un format moyen à grand, avec une importante différence entre les brebis et les béliers.

Bonne marcheuse, elle est solidement charpentée, avec des membres moyens mais vigoureux, des cuisses longues sinon puissantes, au « gigot descendu ». Sa toison est blanche, jarreuse, à mèches longues qui recouvrent tout le corps et protègent bien des vents froids. Aussi la Causse du Lot est-elle capable d’hiverner dehors.

Sa peau est blanche et sa tête longue, au chanfrein busqué est reconnaissable à ses oreilles et lunettes noires. Brebis et bélier sont dépourvus de cornes.

Pour en savoir plus, lisez le document pdf. ci-dessous.

Photo : Pâtre et Wikipedia l'ont rendue célèbre...

: la_causse_du_lot.pdf
  Autres races ovines de France.

Nous vous avons présenté six races emblématiques de notre Massif Central.

Il réunit les auvergnates, les alpines incluant le Dauphiné, les cévenoles et les caussenardes.

Vous y trouvez la Noire du Velay qui représente notre pays de Velay, la Haute-Loire, et à laquelle est dédié ce site. La Bizet, sa voisine du Cantal et de Haute-Loire dont les agneaux naissent presque noirs. La Rava tachetée de noir, à la laine blanche, originaire du Puy-de-Dôme. La Blanche du Massif Central qui nous est remontée des Causses et de Lozère. La Limousine, blanche elle aussi, à la longue laine, descendue du Plateau de Millevaches. La Grivette, la plus excentrée, venue du Bas-Dauphiné, à la laine blanc-bis et à la peau marbrée de brun. De toute évidence, leurs voisines rustiques des Alpes, des Cévennes et des Causses présentent un grand nombre de points communs avec elles et entre elles. C'est pourquoi il est logique de les regrouper.

D'autres races sont emblématiques, chacune en sa région, aimées et objets de soins de quelques éleveurs passionnés. Certaines ont failli disparaître ou sont en petit nombre. Le BRG en a retenu une soixantaine qui doivent être sauvegardées à divers titres dont le besoin économique !

« Jusqu'en 1980 le marché français bien qu'au sein de la CEE est resté très protégé contre la concurrence étrangère. Les importations de viande ovine anglaise, irlandaise ou néo-zélandaise sont restées très limitées du fait de l'absence de règlement communautaire ovin. Le déclin a de fait commencé avec l'adoption du règlement communautaire ovin en 1980. » déclare Serge Preveraud, président de la Fédération Nationale Ovine.

Image ci-contre : les zones de rusticité en France.

Lisez le document pdf. ci-dessous pour en savoir plus. Merci et bonne lecture...

: races_ovines_france.pdf

   1  2  3  4  5  6  7  8   

separation
 
Visiteurs : 464876 © La Neira Mis à jour le : 31 - 01 - 2019 ARAMIS-Multimédia