Mardi 29-09-2020
 Actualités
puce Le Souffle de la Neira de printemps est arrivé...
Vous le trouverez dans l'onglet Souffle de la Neira... avec un hommage à Gilbert DUFLOS dont nous sommes nous aussi orphelins...Bonne lecture !

. . . . .

Voir toutes les infos...
 
 
 
LE MONDE DES BERGERS...
66 Articles          
  Testa de Lu...

Il eut été un berger ordinaire si le hasard ne l'avait pas plongé dans l'innommable boucherie de 14-18 dont il est revenu "gueule cassée".

Et pas seulement la gueule. Le bonhomme tout entier, sans doute. Comme tant d'autres.

Alors il a laissé pousser la barbe folle et on lui a donné ce sobriquet. Tête de loup.

Lisez quelques lignes sur lui dans le document pdf. joint, et, s'il vous plaît, laissez ses yeux vous parler.

: testa_de_lu..pdf
  Pierre des Boutières.

Non, non, il n'était pas berger. Il avait fait son service militaire dans l'armée de l'air. Puis il était revenu à la limite de la Haute-Loire, dans l'Ardèche des Boutières. Il travaillait la terre de la petite ferme de ses parents avec ses deux frères. Il abattait les arbres et cassait le bois.

Quand il s'est retrouvé seul, la vie a été plus difficile. Bernard Peyrol a croisé sa route. Il l'a filmé et enregistré. C'est à lui que nous avons emprunté l'image ci-contre.

Et Pierre Pizot est devenu le Pierre des Boutières. A la fois célèbre et inconnu.

Lisez le pdf. ci-dessous, et puis, plus tard, vous irez visiter la petite ferme du Tru en tapant "Pierre des Boutières" sur votre moteur de recherches... mais surtout, lisez "Intimité paysanne", de Bernard Peyrol aux éditions Jeanne d'Arc (Le Puy en Velay).

: pierre_des_boutieres.pdf
  Les forces.

Elles servaient à tondre les brebis. Principalement.

Il en existait de plus petites et de toutes sortes, pour les dentellières, la couture. Et même de très grandes pour raser les fourrures et les tissus au Moyen âge.

Elles ont été grandement supplantées par les ciseaux.

Comme disent les collectionneurs, ce sont des outils parlants : dès qu'on les a dans la main ou comprend tout de suite comment s'en servir et pourquoi.

Lisez quand même le pdf. ci-dessous car les forces ont encore des choses à vous raconter... (Merci de patienter le temps de son ouverture.)

: les_forces.pdf
  Elevage ovin au Moyen Age. 1ere partie.

Au Moyen âge la production lainière est le moteur de l’élevage ovin. La sélection des races ovines a comme but de choisir et sélectionner les races dotées de la plus belle laine.. L’Angleterre tient alors la première place pour l’industrie lainière.

Des conflits naissent entre les tenants du mouton et les exploitants forestiers ou l’élevage porcin.

De nos jours l’élevage ovin vise principalement la production de viande. Les races ovines tendent à être choisies et sélectionnées dans ce sens.

On devine que s’est présentée une obligation de choix de race ovine ici ou là...

Pour en savoir plus voyez le document pdf. ci-dessous.

: elevage_ovin_1.pdf
  2eme partie : le Bon Berger...

L’élevage ovin est très important au Moyen âge. Pour les poètes et les religieux il n’y a qu’un pas entre le pâtre et le Pasteur. Entre l’ovin et les ouailles . Le berger est un trait d’union entre la nature et le divin.
Les revenus de maints bourgeois dérivent des performances de l’élevage... et dépendent de la qualité du berger. Chacun recherche le bon berger.
Dans la France du XIVe s, déchirée par les guerres de Cent Ans, un tout jeune homme est au cœur de l’épopée ovine.
Un garçon tout de finesse, observateur. Berger à 16 ans il devient secrétaire du roi Charles V...
Il a 30 ans quand est publié le livre qu’il offre à la postérité. Il se nomme Jehan de Brye .
Bientôt ses contemporains vont le surnommer « le Bon Berger »

Faites sa connaissance dans le document pdf. ci-dessous.

: elevage_ovin_2.pdf

   1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  11  12  13  14   

separation
 
Visiteurs : 478327 © La Neira Mis à jour le : 31 - 01 - 2019 ARAMIS-Multimédia