Jeudi 02-04-2020
 Actualités
puce Le Souffle de la Neira de printemps est arrivé...
Vous le trouverez dans l'onglet Souffle de la Neira... avec un hommage à Gilbert DUFLOS dont nous sommes nous aussi orphelins...Bonne lecture !

. . . . .

Voir toutes les infos...
 
 
 
LE MONDE DES BERGERS...
66 Articles          
  AMBROISIE, DANGER !

Nos bergers des temps passés ne l'ont pas connue, et c'est tant mieux !

Le long de nos routes et chemins de Velay, par exemple entre Allègre et Saint-Paulien, prospère une plante aux feuilles vert sombre découpées, l’Armoise.

Depuis quelques années une intruse hautement allergisante arrive : l’Ambroisie.

L’imposture est à la fois très dangereuse pour les personnes fragiles, enfants, personnes âgées, asthmatiques, et bien maquillée car l’ambroisie s’est parée des feuilles de l'armoise.

Merci de bien vouloir ouvrir le document pdf. ci-dessous pour plus d'informations sur l'Ambroisie et entrer dans la lutte contre son expansion.

: armoise_ambroisie.pdf
  Cabrette et Cabretaires !

La cabrette, et son ancêtre la Cornemuse, fut un des instruments de musique préférés des Bergers pour apaiser les brebis, meubler leur solitude, et peut-être pour éloigner loups et malfaisants.

La Cabrette occitane et le Biniou breton. Ils font si bon ménage qu'on croirait un conte de Daudet !

L'une se joue assis, et l'autre debout. Et si, outre des raisons techniques, c'était révélateur d'états d'esprit différents ? Et si cela avait sa petite (ou grande) importance ?

Image ci-contre. Voyez ces bergers avec les sacs à onguents, la houlette, la tueille (à quatre roues) au Moyen âge souvent appelée "loge de berger"... et la cabrette !

D'un clic, ouvrez ou téléchargez le pdf. ci-dessous, qui vous raconte la longue et intéressante histoire de cet instrument millénaire.

Pour en savoir plus encore, voyez les quatre textes sur la Cabrette et les Cabretaïres dans la rubrique "Patrimoine Paysan" du site de nos amis des Amis d'Allègre : www.amisdallegre.org


: cabrette_et_biniou..pdf
  Jean Solda, berger et poète.
Jean Solda était un de ces bergers de La Crau rompus à l’exercice de la transhumance depuis la Provence jusqu'aux alpages du Vercors.
Berger, lecteur du ciel comme on lit un livre, amoureux des chansons traditionnelles occitanes, et poète au pays de Jean-Henri Fabre.
« être berger, raconte-t-il, c'est un métier, une passion et une vocation : c'est un patrimoine qui s'est transmis dans la famille depuis mon grand-père ».
« Grande figure de l'élevage en Provence, ardent défenseur du pastoralisme dans le massif du Luberon, Jean Solda fut aussi l'un des créateurs et le président de l'association de sauvegarde de la chèvre du Rove, un temps menacée de disparition.
Passionné d'écriture : il composa des récits autobiographiques et des poèmes inspirés par la vie pastorale, par l'observation de la nature et du ciel.
Pendant 16 ans, de 1958 à 1974, Jean Solda a estivé sur le plateau du Vercors.
« Le bétail va en montagne pour profiter de la bonne herbe, mais si à tout moment on les dérange ça ne va plus. La plupart des gens, inconscients, faisaient courir les bêtes qui s'affolent facilement ».
Aussi, pour les prévenir de la présence de son troupeau, avait-il dédié à ses amis les promeneurs, ce poème qu'il avait affiché aux différents accès de sa montagne ».
"C'est pour vous, gens de la ville
Vacanciers ou promeneurs
Que je dédie ces vers utiles...
... laisser en paix mes moutons"...!
Pour rêver en la compagnie de Jean Solda, ouvrez le pdf. ci-dessous...
: jean_solda_alain_balbo_2016.pdf
  La Routo...
Quand l'herbe était sèche en plaine, les troupeaux montaient en altitude trouver la belle herbe verte.
Des grandes plaines du pourtour méditerranéen, les troupeaux montaient vers les massifs. Les transhumances ovines du Velay sont peu significatives car il n'y a pas assez de dénivelé pour justifier de longs déplacements. Localement on estivait entre les vallées et les hauteurs. De grands troupeaux des riches communautés religieuses pratiquaient l'estive et transhumaient entre l'actuel Puy-de-Dôme, l'Ardèche, l'Aubrac. 
Les transhumances les plus importantes étaient celles qui menaient de Provence, notamment de la Crau, vers les Alpes françaises et italiennes. Elles existent encore.
Les bergers, souvent Piémontais, transhumaient à pied avant que les camions chargent les moutons.
Villages et villes situées le long des grandes routes de transhumances ont décidé de faire revivre ces épopées magnifiques. C'est "La Routo" !
Rêvez l'épopée des transhumances en ouvrant le pdf. ci-dessous.
: la_routo_2016.pdf
  La maladie de Lyme.
"Petite tique, grosse maladie" nous avertit France Lyme.
La maladie, dite de Lyme, du nom d'une ville du Nord-Est des USA, transmise par la tique peut être d’une grande dangerosité.
Notamment pour tous ceux qui sont en contact fréquent avec la nature, l'herbe, la végétation : par exemple les bergers... et leurs brebis noires... !
La maladie est caractérisée par une grande diversité génétique, épidémiologique, clinique et diagnostique, pouvant affecter divers organes et pouvant toucher divers systèmes.
Sournoise et difficile à diagnostiquer, elle ne se révèle pas tout de suite et peut rester quasi asymptomatique pendant des années avant d'impacter gravement la santé.
La dangerosité de la maladie de Lyme nous a poussés à attirer votre attention par cet article qui se fonde sur des textes écrits par des spécialistes, dont des médecins.
Pour en savoir plus téléchargez d'un clic le pdf. ci-dessous.
Plus encore, visitez les sites médicaux et d'associations dont nous vous donnons les adresses.
: lyme.pdf

   1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  11  12  13  14   

separation
 
Visiteurs : 435000 © La Neira Mis à jour le : 31 - 01 - 2019 ARAMIS-Multimédia